GUATEMALA: SOUS LES CENDRES

Mis à jour : 17 sept. 2018

Le 3 juin 2018… Une date difficile à oublier pour les Guatémaltèques.

C’est la date d’une catastrophe naturelle qui a bouleversé tous les esprits et changé à jamais la vie de plus d’un million sept mille personnes affectées. Il s’agit bien de l’éruption du Volcán de Fuego: la plus grande secousse sismique enregistrée au Guatemala depuis 1974. Nous comptons au moins 110 morts, 300 blessés, 260 disparus, près de 12 823 personnes évacuées, 3 départements en alerte rouge et 1 village, San Miguel de Los Lotes, entièrement enterré sous les cendres.


Le monde s’est fait écho de cette terrible nouvelle et de nombreux pays sont venus au secours des victimes. Les Guatémaltèques aussi se sont unis pour faire face aux conséquences de l’éruption et pour répondre aux besoins des auberges improvisées. De l’eau, des aliments non périssables, des couches, des vêtements de toutes tailles, des kits d’hygiène et de nettoyage se sont ramassés dans tout le pays; même le lycée est devenu lieu de collecte. Cependant, une fois l’urgence passée, il est facile, pour ceux qui ne sont pas affectés, d’oublier…


Où sommes nous deux mois après ?

Qui est toujours là pour soutenir les enfants sans école, les familles sans maison, les agriculteurs sans travail ? Comment surmonter la catastrophe ? Afin de répondre à ces questions, nous avons parlé avec Gabriel Castillo, pompier volontaire que l'on remercie profondément pour son temps.


  • La population continue-t-elle à faire des dons aux centres de collecte ?

Non, il n’y en a plus des centres de collecte de l’État, et très peux du secteur privé. En effet, les seuls qui continuent à recevoir de dons est la CONRED (Coordination Nationale de lutte contre les catastrophes naturelles).


  • Qui gère les hébergements?

Certains sont tenus par les municipalités des départements affectés ou par le Secrétariat du Bien-être Social et d’autres par la CONRED.


  • Quelle est la situation des personnes qui les habitent ?

Désemparés et constamment dans un état de précarité. Beaucoup reçoivent à peine les ressources minimales et très peu de familles commencent à s’installer dans des maisons en bois.



  • Existe-t-il un plan d’action pour aider les victimes?

Oui, il y a deux Plans de Récupération mis en place par la CONRED et le gouvernement: un pour la scolarité des enfants, l’autre pour l’hébergement des familles. À présent, 200 maisons ont été construites par l’ONG Techo et sont déjà habitées.

Cependant, l’organisation a cessé son travail à cause du financement insuffisant de l’État.


  • Continue-t-on à chercher les disparus ?

Non, il n’y a plus de plan de recherche et de sauvetage.

Mais l’association communautaire Salvemos Antigua (« Sauvons Antigua », Antigua étant l’ancienne capitale du pays) mène une action de recherche sans l’autorisation de la CONRED, ils ont déjà retrouvé 28 disparus.



Cette catastrophe naturelle a grièvement frappé le Guatemala et sa situation actuelle n’est pas joyeuse. Néanmoins, il serait dommage et prématuré de sombrer dans le désespoir. Les associations comme Sauvons Antigua nous prouvent que mobiliser des personnes pour sauver les familles est toujours possible; que la solidarité populaire est incoercible malgré les risques et les restrictions gouvernementales.


Après tout, le Guatemala est connu sous le nom de Terre de Volcans en Amérique centrale, et son peuple a su faire face à ces éruptions depuis des siècles. Certes, la gestion des autorités ne peut pas être considérée comme idéale ni exemplaire, mais comme on dit dans le pays « pueblo salva pueblo » (le peuple sauve le peuple). Tôt ou tard (plus tôt que tard si nous unissons nos forces), ce pays se redressera et retrouvera son éternel printemps.

- Lola Itzá

Sources d'Images:

Le volcan de Fuego le jour de l’explosion - CONRED

Village détruit - CONRED

Agents de la CONRED en opération de sauvetage - CONRED

Enfant et les maisons construites par l’ONG Techo 2 mois après l'erruption - CONRED

Antigua, ancienne capitale du Guatemala - Loca4motion, Shutterstock

Un agent de la CONRED face au Volcan del Fuego - Gouvernement du Guatemala



107 vues

Design logo 

Philomène Martinez

Graphisme / Illustrations 

Marianne Tran, 17 ans

Taipei (Taiwan)

  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon