LES COMORES: ANDA

Mis à jour : 15 sept. 2018

Anda ou le grand mariage


Les Comores sont un petit archipel constitué de quatre îles, situé au Sud-ouest de l’Océan Indien. C'est un pays où le croisement entre les cultures africaine et arabe donne lieu à une diversité riche et unique au monde. Sa langue, le Chikomori en est le parfait exemple: un mélange de Sawahili et d’arabe, on y trouve également quelques mots en portugais.

L'île de Grande Comore


Le Anda ou le grand mariage est un moment où l’on peut voir s’exprimer toute cette culture; il occupe une place centrale dans l’organisation de notre société. À part son aspect culturel, cette pratique permet également l’ascension sociale jugée importante par la population. L'événement est constitué de plusieurs cérémonies qui s’étendent sur une période de sept à dix jours. Certaines sont mixtes, d’autres exclusivement féminines, ou masculines.

Le Anda a comme particularité de convier toute personne qui souhaite se rendre aux festivités tant qu’elle respecte les normes vestimentaires.



Pour les hommes:

Des robes traditionnelles arabes connues sous le nom de Qamis, et un couvre-chef traditionnel, cousus à la main, appelé Kofia. S’ajoutent à cela d’autres vêtements traditionnels qui représentent le statut social de la personne qui les portent.


Les femmes, quant à elles, sont vêtues de robes décorées de strasses et de paillettes. Elles doivent porter des bijoux traditionnels en or offerts par leur maris quand elles font elles mêmes leur grand mariage. Le nombre de bijourx revêtis par la femme indique son rang social et sa richesse.


Pour organiser son Anda, il faut être marié religieusement mais aussi être sûr d'en être capable financièrement. Celle du marié doit une dot coloniale pour acheter tous les accessoires de la mariée et la famille de l’épouse, doit remettre des tenus traditionnels et les autres offrandes onéreuses à son mari qui s’installera chez eux.


Après ces cérémonies, les mariés sont considérés comme des notables, et sont élevés dans les hauts rangs de la société. Ils ont comme « devoir », de participer eux aussi au déroulement des autres Andas. C’est une occasion pour les familles aisées d'affirmer leur statut et un moment de convivialité qui réunit tout un village.


Festif mais critiqué

Souvent, ces pratiques divisent les générations, hiérarchisent la société ou encore discriminent ceux qui n'ont pas envie d'y participer. C’est pour cela qu’ici, aux Comores, le Anda reste une cause de l'inégalité sociale.

- Omar Mohideen

Sources d'images :

L'île de Grande Comore - The National

Le mariage - Nas Photos, Flickr

La mariage 2 - Solarconflict

Qamis comorien - Ibn Musa

Hommes avec des kofias - DKM

La mariée - The afro furious french muslim, Wordpress

Les bijoux - Comores Infos

99 vues

Design logo 

Philomène Martinez

Graphisme / Illustrations 

Marianne Tran, 17 ans

Taipei (Taiwan)

  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon